Conférence “La Hallyu diplomacy ou l’émergence du soft power sud-coréen”

Conférence “La Hallyu diplomacy ou l’émergence du soft power sud-coréen”

Le Comité Culture et Influences de l’ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence sur le thème :

La Hallyu diplomacy ou l’émergence du soft power sud-coréen

Pierre JOO
Directeur du bureau coréen du cabinet Attali & Associés
Animateur du blog “La gazette de Séoul”

Mercredi 27 mai 2015
19h30 à 21h00

École militaire
Amphithéâtre Des Vallières
____

“Lors d’un combat de baleines, c’est la crevette qui trinque”. C’est le proverbe que les Coréens aiment évoquer pour expliquer les 150 dernières années de leur Histoire, ainsi que le contexte géopolitique dans lequel ils évoluent encore aujourd’hui.

Cette perception d’une Corée telle une crevette prise au milieu d’un combat de baleines que sont ses puissants voisins chinois, japonais, russe et américain n’est pas usurpée. Depuis la guerre russo-japonaise de 1904-1905, la péninsule coréenne fut constamment l’objet d’enjeux géopolitiques la dépassant, et qui conduisirent à son occupation par le Japon durant la première moitié du XXe siècle, puis après de la défaite de celui-ci, à la séparation en deux d’une nation unie par près de mille ans d’histoire commune.

Comment dépasser cette fatalité historique et géographique afin de s’assurer un avenir paisible et prospère ? Comment convaincre qu’on est la Corée “légitime”, alors qu’il en existe deux sur le plan diplomatique? Comment influer sur le monde sans puissance militaire ni ressources économiques ?

Ces enjeux sont au cœur des préoccupations des dirigeants sud-coréens depuis la fin des années 50. Et si aujourd’hui, le clip de musique le plus visionné au monde sur Internet est coréen, si le Bibimpap a pris place aux côtés des Sushis et Nems sur les tables asiatiques des consommateurs occidentaux, ou si le Taekwondo est avec le Judo, le seul art martial asiatique devenu discipline olympique, c’est parce que ces succès sont le résultat d’un effort réfléchi et cohérent de mise en place d’une stratégie de “soft power”, à une époque où ce concept n’avait pas encore été théorisé.

Pierre Joo est Directeur du bureau coréen du cabinet de conseils Attali & Associés en Corée du Sud. Il y habite depuis quatre ans d’où il anime le blog “La gazette de Séoul“.

sinscrire

Pauline BRAMI
Responsable du Comité Culture et Influences de l’ANAJ-IHEDN
culture-et-influences@anaj-ihedn.org
www.anaj-ihedn.org

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer