Conférence “Les séries télévisées : une exception dans le soft power français ?”

Conférence “Les séries télévisées : une exception dans le soft power français ?”

Le Comité Culture et Influences de l’ANAJ-IHEDN a le plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence sur le thème :

Les séries télévisées : une exception dans le soft power français ?

Pierre ZIEMNIAK Social Media Manager @Reed MIDEM Lauréat 2013 du Prix de la Fondation HEC du meilleur mémoire “Les séries télévisées françaises : rapports de pouvoir et processus créatifs”

Jeudi 5 mars 2015
19h30 à 21h00

École militaire
Amphithéâtre Des Vallières
____

« Nous avons les talents, la création, les auteurs, des acteurs de l’audiovisuel puissants, des entreprises de production, il faut juste modifier certains curseurs pour faire de la France une championne de la fiction », martelait la Ministre de la Culture Fleur Pellerin au Festival « Fiction TV » de la Rochelle en septembre dernier.

La télévision hexagonale est plongée dans un véritable paradoxe : pourquoi la France, malgré les obligations d’investissement des chaines, les aides publiques et une très grande tradition littéraire, est-elle un des seuls pays européens à ne pas plébisciter sa fiction nationale, préférant les séries venues d’outre-Atlantique ? Les fictions que nous produisons pour notre petit écran accusent-elles un retard par rapport à leurs concurrentes européennes et mondiales – et si oui, en quoi ? Parle-t-on ici de l’ « originalité » de nos productions, de leur « audace » ? De l’état de notre système créatif télévisuel dans son ensemble vis-à-vis de ses équivalents étrangers ? Ou de la circulation de ces fictions à travers le monde et de leur rôle dans le rayonnement de la culture française, à une époque où l’importance du petit écran ne cesse de s’affirmer dans l’imaginaire collectif ?

Poser ces questions revient à explorer notre secteur audiovisuel et son système créatif. Mais n’est que la première étape du processus d’analyse : il est nécessaire de le comparer à ses équivalents étrangers, et en particulier à ceux responsables des principaux succès actuels sur nos écrans. Il s’agit du système américain, bien entendu, mais également des industries britannique et scandinave, plus proches de nous aussi bien d’un point de vue géographique qu’économique, mais dont les succès internationaux doivent nous interroger sur notre capacité à produire de l’imaginaire capable de parler au plus grand nombre.

INSCRIPTIONS CLOSES

Pauline BRAMI Responsable du Comité Culture et Influences de l’ANAJ-IHEDN culture-et-influences@anaj-ihedn.org www.anaj-ihedn.org

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer