Djibouti : les ports au rythme de l’influence de la Chine

Djibouti : les ports au rythme de l’influence de la Chine

 

A PROPOS DE L’ARTICLE  

La première partie de ce dossier sur les dynamiques régionales à l’œuvre autour des ports entourant le détroit de Bab-el-Mandeb nous a permis d’explorer la façon dont un certain nombre de pays arabes voient leurs politiques régionales motivées par la valeur stratégique et économique des ports de la zone, et étendent leurs influences respectives sur le pourtour de la mer Rouge et dans la corne de l’Afrique.

Pour autant, ils ne sont pas les seuls acteurs à s’intéresser aux atouts de cette région. Ainsi, des puissances plus lointaines investissent largement dans l’Est africain, et en premier lieu la Chine, qui voit en Djibouti et les pays alentours un des piliers de ses nouvelles routes de la Soie.

Cet article tente de relater les grandes lignes de la montée en puissance du géant asiatique à Djibouti afin d’illustrer la façon dont celui-ci s’implante de plus en plus sûrement dans la corne de l’Afrique et notamment au travers des investissements dans ses ports.

 

 

A PROPOS DE L’AUTEUR

Kossa CAMARA est membre du Comité Afrique et membre du Comité Asie des Jeunes de l’IHEDN. Spécialiste en compétitive intelligence et communication stratégique, il s’intéresse depuis quelques années à l’influence, à la Due diligence et à la guerre économique. Diplômé en Information et Communication à l’Université Paris Nanterre et en Intelligence stratégique, Analyse des risques territoires à l’Université Paris Est Marne-La-Vallée, Kossa a participé à l’élaboration des stratégies de communication et d’influence au compte de plusieurs élections présidentielles majeures en Afrique de l’Ouest.

 

 

 

 

 

Téléchargez ici l’article

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer