[DOSSIER] LES CAHIERS DU COMITE ASIE N°19 | Les dialogues trilatéraux de haut niveau sur les questions arctiques : une promesse diplomatique de coopération entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud

[DOSSIER] LES CAHIERS DU COMITE ASIE N°19 | Les dialogues trilatéraux de haut niveau sur les questions arctiques : une promesse diplomatique de coopération entre la Chine, le Japon et la Corée du Sud

 

A PROPOS DE L’ARTICLE

Lors d’un symposium tenu par le Wilson Center les 8 et 9 février 2021, le représentant pour les affaires arctiques de la République de Corée, M. LIM Hoonmin a énoncé comme première justification pour l’action de la Corée du Sud en Arctique le fait que : « ce qui se passe en Arctique ne reste pas en Arctique » et « a un impact direct sur la Corée du Sud ». Cet état d’esprit est commun au Japon, à la Corée du Sud et à la République populaire de Chine qui estiment que leur participation à la prise de décision en Arctique est essentielle, notamment en ce qui concerne les perspectives des routes maritimes du Nord.

Depuis leur obtention du statut d’observateur au Conseil de l’Arctique en 2013, qui leur permet d’avoir une plus grande influence en Arctique, les trois pays affirment leur intérêt croissant pour le Grand Nord à travers des livres blancs et la publication d’articles dans les journaux nationaux. L’intérêt des pays d’Asie du Nord-Est en Arctique se situe à plusieurs niveaux. Tout d’abord, le réchauffement climatique rend plus accessible les ressources naturelles tels que les minéraux, le gaz, et le pétrole dont recèle l’Arctique. Or, la Chine, en raison de sa forte population, le Japon, étant une péninsule, et la Corée du Sud, étant un archipel d’îles, souhaitent diversifier leurs sources d’approvisionnement énergétique. Ensuite, ces trois pays font partie des plus grandes nations commerciales maritimes du monde. La fonte de la surface gelée de l’océan Arctique leur ouvre de nouvelles possibilités pour le transport maritime avec des itinéraires de transit alternatifs entre l’Asie et l’Europe. Les débouchés en matière d’industrie du transport maritime ou encore d’infrastructures le long de la voie maritime arctique sont également importants. Enfin, la protection environnementale et la recherche scientifique demeurent des enjeux de taille pour ces trois pays et une condition essentielle pour leur légitimité à agir en Arctique de manière bienveillante. Ainsi, l’Arctique semble rassembler ces trois pays autour d’enjeux qui sont sources de divisions en Asie.

 

A PROPOS DE L’AUTEUR

Agathe ROY, diplômée de Sciences Po Lyon et de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, effectue actuellement un contrat armée jeunesse au sein de l’Institut de recherche de l’Ecole Militaire. Elle s’intéresse à la diplomatie chinoise, et a réalisé un mémoire appliqué à l’étude critique du Livre Blanc chinois sur l’Arctique publié en janvier 2018. Elle est membre du comité Asie des Jeunes IHEDN.

 

 

 

 

 

 

 

 

Téléchargez ici l’article

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer