[Interview] de la présidente des Jeunes IHEDN, Hélène Rolet

[Interview] de la présidente des Jeunes IHEDN, Hélène Rolet

Qui êtes-vous ? 

 

Je suis une jeune femme qui voit l’engagement comme une valeur cardinale : envers ma famille, envers mon pays, envers l’association dont j’ai l’honneur de prendre la présidence.

 

Pour compléter ce parcours d’engagement, je suis une entrepreneure en communication épanouie qui aime se nourrir d’histoires inspirantes et de rencontres enrichissantes. J’ai la chance, par ailleurs, d’être réserviste opérationnelle au sein de la Garde nationale et d’œuvrer dans le sens d’une meilleure connaissance des réserves et de leurs missions. Enfin, je rejoindrai en août prochain la 135e promotion de l’École de guerre-Terre pour mieux comprendre le cadre stratégique dans lequel l’armée de Terre s’inscrit.

 

Ce qui me lie aux Jeunes IHEDN ? Mon intérêt profond pour les questions de défense pour commencer et, plus largement, la conviction que la jeunesse est un atout et qu’elle est pleinement capable de promouvoir la culture de défense et de contribuer au renforcement de la cohésion nationale.

 

Aujourd’hui à l’avant du train de notre association, j’entends encourager l’émulation et les échanges pour décloisonner les réflexions sur les enjeux de défense et de sécurité. Sans plus attendre, je vous invite à nous rejoindre !

 

Pourquoi avoir poussé la porte des Jeunes IHEDN ? 

 

À l’issue de mon cycle IHEDN-Jeunes à Aix-en-Provence en 2012, maintenir le lien avec les auditeurs rencontrés au cours du séminaire était une évidence !

 

Arrivée à Paris pour y achever mon cursus universitaire, j’ai été encouragée par mon maître d’apprentissage au GICAT, François MATTENS, ancien président de l’Association nationale des auditeurs jeunes de l’IHEDN (ANAJ-IHEDN), à participer activement aux projets de l’association.

 

J’y ai mis beaucoup d’énergie et y ai trouvé des personnes tout aussi passionnées que moi qui ont définitivement enrichi mon approche des enjeux stratégiques, dans un esprit de grande camaraderie.

 

Ensuite, quel a été votre parcours au sein des Jeunes IHEDN ? 

 

Mon cursus en relations internationales à Sciences Po Aix a définitivement orienté mon parcours au sein des Jeunes IHEDN. Passionnée de géopolitique, les questions de coopération internationale et les sujets de sécurité et développement sur le continent africain m’ont convaincue de rejoindre le comité Afrique.

 

En prise avec l’industrie de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres dans le cadre de mon alternance au GICAT, je décide de m’investir au sein des comités Industrie de défense et Sécurité intérieure.

 

Finalement, je présente ma candidature au comité directeur des Jeunes IHEDN en juin 2016 que je rejoins en tant que responsable de la communication.

 

En juin 2021, après avoir été réélue au comité directeur de notre association, j’ai présenté ma candidature à la présidence de cette dernière. Voilà, vous savez tout !

 

Pour vous, qu’est-ce que les Jeunes IHEDN ? 

 

Les Jeunes IHEDN sont pour moi et avant toute chose, un formidable outil au service de la promotion de la culture de défense. Notre engagement n’a de sens que dans cette perspective de rayonnement qui nous dépasse. Aussi, l’énergie et les moyens que nous déployons pour répondre à cette mission impérieuse sont guidés par le seul intérêt d’une émulation collective, vecteur de propositions utiles aux décideurs.

 

Notre association est aussi un incubateur pour jeunes étudiants et professionnels passionnés par les questions de défense, de sécurité et de relations internationales. Avec la volonté de fédérer la jeunesse autour de ces problématiques s’ajoute notre souhait de nous affirmer comme un acteur jeunesse incontournable et consulté par les autorités compétentes sur les questions régaliennes.

 

D’incubateur, les Jeunes IHEDN deviennent un tremplin qui encourage l’initiative et la création. Je pense que l’association est vecteur d’opportunités pour les membres qui l’intègrent et qui, en parallèle, ont à bâtir leur parcours professionnel, notamment à travers le développement des compétences.

 

Finalement, les Jeunes IHEDN sont un lieu de cohésion : c’est notre ambition que de fédérer une communauté engagée autour des valeurs de notre pays !

 

Qu’est-ce que l’engagement avec un grand E ? 

 

L’Engagement, c’est une promesse, une décision que l’on prend vis-à-vis de soi et vis-à-vis des autres. Dans le contexte associatif, je crois en un Engagement désintéressé qui répond au bien commun, à l’intérêt général.

 

Chez les Jeunes IHEDN, que les actions soient portées en individuel ou en collectif, c’est la cause collective qui doit en ressortir plus grande et valorisée. Nous sommes là pour servir avant tout.

 

L’Engagement avec un grand E est définitivement un moteur. C’est ce qui pousse chacun de ceux qui se reconnaissent dans ces quelques mots à donner de leur temps et à s’investir intellectuellement et collectivement au profit d’une cause qui les dépasse.

 

Quels sont vos projets pour votre mandat ? 

 

Lorsque j’ai présenté ma candidature à la présidence de notre association, j’ai proposé 4 axes stratégiques :

 

  • Le premier porte sur notre stabilisation.

En effet, consolider nos fondations m’apparaît comme un enjeu majeur après 3 années d’intense croissance. Avec cette dernière, ce sont de nouveaux besoins qui ont émergé et des formes d’engagement multiples sont apparues, nous amenant à stabiliser notre gestion et à prioriser nos actions pour capitaliser sur les projets à fort impact. L’engagement associatif doit rester un plaisir au quotidien et ne doit être subi en raison de trop fortes sollicitations internes et externes. J’y serai vigilante.

 

  • Le deuxième pilier de ma stratégie porte sur notre positionnement.

Nous avons suivi les évolutions de notre maison-mère, l’IHEDN, et les réflexions portées quant à son positionnement. Nous poursuivons également ce processus déjà entamé lors du mandat précédent avec, en ligne de mire, la volonté d’être utile aux autorités civiles et militaires et de porter un regard jeune sur les questions de défense, de sécurité et d’engagement et, plus largement, régaliennes.

 

  • Je souhaite également porter un regard attentif sur la formation et la valorisation des compétences des cadres de l’association qui en sont ses piliers.

Plusieurs projets sont en réflexion ici avec en particulier, la mise en place d’un organe chargé de faciliter la prise de responsabilités en interne et de contribuer au développement des compétences. Tout le monde a à y gagner !

 

  • Enfin, ma dernière ambition est d’encourager le développement de notre association par l’affirmation de nos expertises via nos comités d’étude, le renforcement de notre ancrage territorial avec nos délégations régionales et le rayonnement de notre organisation avec nos délégations internationales. Cela passera également par la clarification de notre offre (conférences, ateliers, visites, Task forces, etc.) et une politique partenariale ambitieuse et gagnante-gagnante.

Enfin, nos efforts porteront également sur la recherche de financements publics pour développer les Jeunes IHEDN durablement.

 

Ce sont toutes ces ambitions qui seront déclinées opérationnellement avec les membres du comité directeur, les chargés de mission, les responsables de comités et les délégués régionaux et internationaux.

 

J’aborde cette année avec beaucoup d’optimisme et c’est ce dernier qui me fait dire que vous entendrez beaucoup parler des Jeunes IHEDN !

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer