L’escalade de violence dans le Sinaï : longue tradition d’instabilités, insurrection armée et terrorisme

L’escalade de violence dans le Sinaï : longue tradition d’instabilités, insurrection armée et terrorisme

À PROPOS DE L’ARTICLE

En février 2018, la grande offensive antiterroriste égyptienne dans la péninsule du Sinaï prenait le nom de « Sinaï 2018 » et augurait d’un traitement rapide et efficace de la menace. Pourtant au cours de ces 3 dernières années de combats, il semble que l’état de la sécurité se soit encore détérioré. En effet, tout au long de l’année 2020, les titres de presse mentionnant le nombre de personnes tuées et blessées dans les affrontements armés du Sinaï se sont multipliés. Quel est donc le bilan de l’opération et comment comprendre la situation ? La mise en perspective des éléments relatifs à l’histoire du Sinaï et de ses habitants, ainsi que de leurs rapports au pouvoir central égyptien, éclairent les enjeux actuels de la dégradation sécuritaire. L’escalade de violence et l’enracinement de la menace terroriste semblent bien liés à la longue tradition d’instabilité et de tensions propres à la péninsule.

 

À PROPOS DE L’AUTEUR

Fanny PASSELEGUE est diplômée en Relations internationales (parcours Intelligence stratégique et risques internationaux) de l’Université Jean Moulin Lyon 3, ainsi qu’en Criminologie de l’Université Paris 8. Particulièrement intéressée par la région du Moyen-Orient, elle a aussi étudié à l’Institut Français d’Egypte, au Caire. Membre des Jeunes IHEDN depuis 2018, elle s’est récemment impliquée au sein de la délégation régionale Auvergne Rhône-Alpes de l’association.

 

 

 

 

 

 

Téléchargez ici l’article

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer