[MARE NOSTRUM] MOYEN-ORIENT & MONDE ARABE | LES FEMMES DANS L’ARMEE DE DEFENSE D’ISRAEL

[MARE NOSTRUM] MOYEN-ORIENT & MONDE ARABE | LES FEMMES DANS L’ARMEE DE DEFENSE D’ISRAEL

Ce texte n’engage que la responsabilité de l’auteur. Les idées ou opinions émises ne peuvent en aucun cas être considérées comme l’expression d’une position officielle.

 

À PROPOS DE L’ARTICLE

Israël est l’un des huit États au monde à inclure ses citoyennes dans la conscription. Ce particularisme a participé à la projection internationale, avec un écho important en Occident, d’une image progressiste et féministe d’Israël. Les membres féminins de l’Armée de défense d’Israël (Tsahal ou ADI) font de manière générale l’objet d’une importante médiatisation. Néanmoins, l’approche critique de la sociologue des médias Rosalind Gill, est régulièrement invoquée par les féministes et chercheurs qui étudient la place des femmes en Israël. Selon Gill, le traitement médiatique d’un sujet ne peut être considéré comme une retranscription fidèle de la réalité, mais plutôt une création symbolique portant un message à destination d’un public. S’appuyant sur la thèse de Gill, la chercheuse en psychologie Carmel Thess affirme que l’égalité de genre en Israël est un mythe partagé par le public et une partie de la littérature scientifique. Cette croyance aurait pour origine une participation en apparence égalitaire des femmes à la construction de l’État d’Israël. L’État d’Israël, formé en 1948, a très tôt légiféré sur la participation des femmes dans la société et particulièrement dans l’armée, institution centrale de la nation israélienne. En 1949, la loi du service de défense inclut les femmes dans la conscription. En 1951, une seconde loi garantit l’égalité juridique des hommes et des femmes. Malgré ces lois fondatrices, il est évident que tant les fonctions sociales que la division du travail en Israël continuent de suivre une division genrée proche de celle des autres États occidentaux. Selon le Haaretz, les femmes n’occupent à ce jour qu’une fraction des fonctions supérieures dans les entreprises en Israël. La participation générale des femmes à l’économie israélienne est proche de celle des pays industrialisés. Il reste cependant juste de dire que la participation active des femmes dans l’armée israélienne semble entrer en contradiction avec leur participation traditionnelle à la société, qui peut se résumer à une fonction de soutien comme mère ou conjointe. L’armée israélienne pourrait alors apparaitre comme un vecteur d’égalité entre hommes et femmes en Israël. La réalité est, ici aussi, bien différente du mythe. À travers l’analyse de l’histoire d’Israël et des travaux des études de genre, il apparait que Tsahal joue un rôle ambigu, voir contradictoire, pour l’intégration des femmes dans la société israélienne.

 

Téléchargez ici l’article

 

À PROPOS DE L’AUTEUR

Kilian COCHET est étudiant en Sciences Politiques à l’université Paris 2 Panthéon-Assas. Son intérêt pour les problématiques internationales l’a amené à intégrer l’association étudiante Assas Monde Arabe en 2019 et les Jeunes IHEDN en 2020.

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer