Mer Rouge et guerre civile au Yémen : destins liés et enjeux de puissances

Mer Rouge et guerre civile au Yémen : destins liés et enjeux de puissances

À PROPOS DE L’ARTICLE   

Dans les précédents articles de ce dossier sur les dynamiques régionales à l’œuvre autour des ports du détroit de Bab el Mandeb, nous avons vu comment plusieurs pays du Golfe, les Émirats arabes unis et l’Arabie Saoudite d’un côté, le Qatar, allié à la Turquie, de l’autre, étendent leur influence dans la corne de l’Afrique. L’analyse des interactions entre la péninsule arabique et le détroit, pas le biais de ses ports, serait incomplète sans y consacrer une partie importante au cas du Yémen, central dans les dynamiques à l’œuvre dans la zone.

Depuis l’été 2014, le Yémen a sombré dans un conflit sanglant semblant sans fin. À l’origine d’une crise humanitaire sans précédent, la guerre civile est alimentée par des enjeux de puissances régionales, notamment dans la « nouvelle guerre froide qui oppose l’Arabie saoudite et l’Iran.

L’accès à la Mer Rouge et au détroit de Bab el-Mandeb constituent deux enjeux particulièrement forts du conflit, lesquels animent les stratégies des belligérants depuis 2014. Cet article a pour objectif d’évoquer la guerre au Yémen par le prisme de cet enjeu stratégique d’accès à la mer et d’en étudier le rôle dans l’enlisement du conflit.

 

À PROPOS DE L’AUTEUR

Adrien PICHON est étudiant en cinquième année à Sciences Po Saint-Germain. Il étudie les relations internationales et est membre du comité Moyen-Orient des Jeunes IHEDN.

 

 

 

 

Téléchargez ici l’article

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer