Aller à la barre d’outils

TERRORISME EN FRANCE EN 2020 : ANALYSE DE LA MENACE DANS UN CONTEXTE DE CRISE

TERRORISME EN FRANCE EN 2020 : ANALYSE DE LA MENACE DANS UN CONTEXTE DE CRISE

L’article n’engage que la responsabilité de l’auteur. Les idées ou opinions émises ne peuvent en aucun cas être considérées comme l’expression d’une position officielle.

 

A PROPOS DE L’ARTICLE

«  Nous sommes en guerre face à un ennemi, qui est à la fois un ennemi intérieur et un ennemi extérieur. On doit comprendre malheureusement qu’il y a eu et qu’il y aura d’autres faits comme ces attentats absolument ignobles. » Gérald Darmanin, le 30 octobre 2020.

Le 29 octobre dernier, un Tunisien de 21 ans pénétrait dans la Basilique Notre Dame de Nice pour y assassiner trois victimes, avant d’être neutralisé par la police municipale. Cet attentat terroriste est le troisième d’une succession débutée devant les anciens bureaux du journal satirique Charlie Hebdo, rue Nicolas Appert (Paris, 11ème), et suivie par la décapitation d’un professeur d’histoire géographie devant un collège de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines). Alors qu’une menace sécuritaire d’ampleur vient s’ajouter à la crise sanitaire, il est pertinent de se pencher sur l’état de la menace terroriste sur le territoire national.

Depuis mars 2017, les attentats terroristes sur le sol français ont été réguliers mais peu fréquents. En effet, la perte de capacité de projection de l’État Islamique, qui avait été responsable de la série d’attaque d’ampleur qui avaient frappé la France entre janvier 2015 et septembre 2016, avait transformé et réduit les capacités du groupe djihadiste et de ses supporters à organiser des tueries sur le sol national. Trois attaques ont eu lieu durant l’année 2018 (à Carcassonne et Trèbes en mars, à Paris en mai, puis sur le marché de Noël de Strasbourg en décembre) et trois également en 2019 (à la prison de Condé-sur-Sarthe en mars, puis à Lyon en mai et à la préfecture de Police de Paris au mois d’octobre). Parmi celles-ci, trois attaques d’ampleur[1] avaient mené à des morts multiples. Si les attaques à l’arme blanche restaient prédominantes, deux des terroristes avaient utilisé une arme à feu, et au moins l’un d’entre eux de l’explosif, avec la détonation d’une bombe remplie de boulons et de clous faisant 14 blessés légers à Lyon.

[1] A Trèbes, Strasbourg et à la Préfecture de Police de Paris.

 

Téléchargez ici l’article

 

A PROPOS DE L’AUTEUR

Alexandre RODDE est chercheur spécialisé dans les problématiques de terrorisme et de tueries de masse et intervient auprès des unités d’intervention de la Gendarmerie et de la Police nationale. Il est  membre des Jeunes IHEDN depuis 2016.

 

En continuant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies. Plus d'informations

Les cookies sont autorisés sur ce site afin d'améliorer la navigation. Si vous souhaitez continuer veuillez cliquer sur "Accepter" ci-dessous.

Fermer